Honoré de Balzac, extrait de La Rabouilleuse

Joseph Brideau, un jeune peintre, s'est rendu avec sa mère Agathe à Issoudun chez la marraine de celle-ci. Il y a sept convives et la scène se passe en 1823.

« Nous aurions mieux fait d'aller à l'auberge », se dit-il en lui-même.

L'aspect du dîner confirma ses appréhensions. Après une soupe dont le bouillon clair annonçait qu'on tenait plus à la quantité qu'à la qualité, on servit un bouilli triomphalement entouré de persil. Les légumes, mis à part dans un plat, comptaient dans l'ordonnance du repas. Ce bouilli trônait au milieu de la table, accompagné de trois autres plats : des oeufs durs sur de l'oseille placés en face des légumes ; puis une salade tout accommodée à l'huile de noix en face de petits pots de crème où la vanille était remplacée par de l'avoine brûlée, et qui ressemble à la vanille comme le café de chicorée ressemble au moka. Du beurre et des radis dans deux plateaux aux deux extrémités, des radis noirs et des cornichons complétaient ce service, qui eut l'approbation de Mme Hochon. La bonne vieille fit un signe de tête en femme heureuse de voir que son mari, pour le premier jour du moins, avait bien fait les choses. Le vieillard répondit par une oeillade et un mouvement d'épaules facile à traduire : « Voilà les folies que vous me faites faire ! ... »

Immédiatement après avoir été comme disséqué par M. Hochon en tranches semblables à des semelles d'escarpins, le bouilli fut remplacé par trois pigeons. Le vin de cru fut du vin de 1811. Par un conseil de sa grand-mère, Adolphine avait orné de deux bouquets les bouts de table.

« A la guerre comme à la guerre », pensa l'artiste en contemplant la table.

Et il se mit à manger en homme qui avait déjeuné à Vierzon, à six heures du matin, d'une exécrable tasse de café. Quand Joseph eut avalé son pain et qu'il en redemanda, M. Hochon se leva, chercha lentement une clef dans le fond de la poche de sa redingote, ouvrit une armoire derrière lui, brandit le chanteau d'un pain de douze livres, en coupa cérémonieusement une autre rouelle, la fendit en deux, la posa sur une assiette et passa l'assiette à travers la table au jeune peintre avec le silence et le sang-froid d'un vieux soldat qui se dit au commencement d'une bataille : «  Allons, aujourd'hui je peux être tué. » Joseph prit la moitié de cette rouelle et comprit qu'il ne devait plus redemander de pain.