Eléments pour réfléchir sur le texte Avatar de Gautier

Repérer les liens temporels entre les chapitres ; par exemple deux années séparent le premier du deuxième; certains se passent en même temps comme le huit et le neuf; ...

Travaillez les portraits de chaque personnage : voici quelques repères pour fabriquer vos propres fiches :

Octave de Saville : au physique : "joli garçon" (p.212) ; brun ; frêle

au moral : mystérieusement malade (p.209)

sa devise pourrait-on dire est "aimer ou mourir" (p.316) : pour aimer , il se métamorphose en son rival légitime (p.262); il s'explique avec son double (p.312); mais il échoue auprès de la comtesse (p.293); il reste alors à mourir (p.319)

---On peut s'interroger : est-il vil, est-il noble? et repérer les éléments qui le condamnent comme la tromperie vis à vis de la comtesse ou du comte lorsqu'il le chasse de l'hôtel ; et ceux qui le grandissent comme son refus du suicide ou l'acceptation de son échec après le duel quand il laisse la vie sauve au comte.

---On peut aussi se demander s'il est la victime de Cherbonneau : on trouvera plutôt des éléments qui prouvent qu'il accepte son tragique destin d'amant non payé de retour.

(...)

Le comte Olaf Labinski : son étude est évidemment parallèle à celle de Octave.

au physique : il est blond , plus riche que Octave; c'est un soldat émérite (chapitre 3 )

au moral : on nous dit qu'il a tous les dons alors que Octave s'attribue parfois lui-même des termes négatifs.; fidélité en amour (p.236)

son histoire consiste en la perte provisoire, puisque tout se termine bien pour lui, de tous ces attributs heureux : il perd son corps (chapitre sept); il perd ses biens (p.268); il perd connaissance (p.255; p.271); il perd ,et c'est sans aucun doute le plus douloureux, la confiance aveugle en l'amour de sa femme pour lui (p.274).

Elle s'articule aussi logiquement en la reconquête de ces richesses : il retrouve son sang froid pour affronter l'usurpateur d'identité en jouant le jeu, en faisant semblant d'être le personnage dans la peau duquel on l'a forcé à entrer. Il retrouve son tempérament pour insulter Octave (p.304) et demander le duel (p.305).

---On pourra réfléchir aux manifestations de la souffrance morale du personnage et à sa fonction : peut-être celle de rendre l'histoire crédible car le lecteur est à même de partager le sentiment de perte et d'emprisonnement qui est le sien. A noter que l'auteur le compare vers la fin au colonel Chabert, personnage qui a une assise réaliste.

(...)

Le docteur Cherbonneau : c'est lui qui permet la dimension fantastique du texte.A cette fin il cultive l'ambiguité :

sur son âge : vieux? jeune? (p.214) ; d'ailleurs un épisode relate ses recherches sur l'éternelles jouvence (p.252 : "je ne crée pas, je rajeunis"); et puis il fait référence aux avatars du dieu Vishnou (p.248) qui accède à l'éternité ; enfin, il échappe à la mortelle condition en assistant à son propre enterrement sous les traits du jeune Saville (p.324)

sur son être : appartient-il au Bien ou au Mal?; on le présente comme bienfaiteur des mères éplorées (chapitre sept) ou en maître des forces occultes (p.250);

Il envoûte (p.257) et utilise une coupe magique quasi diabolique (p.254), il repousse Olaf quand ce malheureux dépouillé de son corps vient réclamer des comptes (p.283) mais accepte la deuxième transformation avec facilité (p.317), refuse l'argent, semble à plusieurs endroits du texte compatir à la souffrance de Octave.

sur ses facultés : il se défend d'être un charlatan, aussi a-t-on de multiples références à sa vie passée aux Indes (p.246) et à ses études (p.239). L'auteur lui oppose le docteur B qui diagnostique chez Olaf un début de folie.Est-il un scientifique ou un religieux? Il dit avoir reçu le secret de Brahma-Logum (p.244)

La comtesse Prascovie Labinska : elle est le point fixe de cette longue nouvelle. Alors que les personnages masculins changent d'apparence , elle reste imperturbable de beauté et de vertu.

portrait physique : tout en elle respire la perfection . La description utilise beaucoup les couleurs, en particulier le rose,le vert et le blanc, ce qui avec sa blondeur lui confère un caractère solaire ; elle insiste également sur les vêtements (p.223) et les métaphores relatives au monde animal sont nombreuses (p.224). L'auteur la peint également en belle de nuit (p.289). Tout en elle est élévation jusqu'à son rang : elle appartient à la noblesse lithuanienne.

portrait moral : il est à l'image de ses traits fins et parfaits : elle incarne le bien au point d'être la seule à échapper au pouvoir ambigu du docteur Cherbonneau, quand elle reconnaît Octave à son regard (p.292), qu'elle le confond parce qu'il ne parle pas polonais (p.297), le chasse enfin (P.308) et surtout condamne les pratiques de Cherbonneau (p.302). Il semble qu'il n'y ait que deux brefs moments de faiblesse, lorsqu'elle fait la coquette se réjouissant que Octave, qui tarde à lui rendre visite à Paris, soit encore amoureux et lorsqu'elle se laisse gagner par la tristesse de voir son "mari" si étrange (p.299). Mais l'essentiel de ce personnage réside bien, en dépit de son fort pouvoir de séduction,dans sa grande force morale et son humanité : elle repousse à la fois fermement et doucement l'amour de Octave de Saville.

On peut aussi être attentif aux nombreuses références littéraires : Hoffman et Shakespeare (p.219); Henri Heine (p.220); le Cantique des Cantiques (p.226); Pétrarque (p.226); Roméo et Juliette (p.224); ... Le colonel Chabert (dernier chapitre).

Ainsi qu'aux références plastiques : le tableau Melancholia de Dürer (chapitre 1); celui de la Fornarina aux Offices de Florence; la Vénus de Canova et bien d'autres...

Les lieux où se déroulent les scènes sont également riches de signification.

Octave habite rue Saint-Lazare (cf le personnage biblique ressuscité par Jésus; comme lui on peut dire que Octave était "mort" au début de l'histoire (chapitre 1) et que le docteur lui redonne vie en lui offrant un stratagème rendant possible son impossible amour pour la comtesse.). A retenir que cet appartement est décrit par Olaf (p.275).

Olaf habite faubourg Saint-Honoré qui, outre la richesse qu'il dénote, ne détone pas avec le caractère tout à fait honorable de ce personnage! L'hôtel particulier est décrit en détail : le jardin (p.232); la chambre du comte (p.262); la chambre de la comtesse (p.287),la cour (P.268), la salle à manger.

Le docteur Cherbonneau habite lui rue du Regard, ce qui convient parfaitement à un hypnotiseur ou encore à un être qui change de corps quand le sien est devenu trop vieux et dont l'âme n'apparait que dans les yeux justement. Cette demeure, longuement décrite (p.247) s'apparente soit à l'enfer du fait des hautes températures qui y règnent (p.248 et 258), soit à un temple oriental à cause des nombreuses références à l'Inde, où d'ailleurs le personnage raconte avoir vécu (p.243)

Il faut aussi mentionner l'Italie. Naples, où le jeune Octave est allé en vain soigner son mal d'amour ; et la villa Saviati de Florence, lieu du fatal coup de foudre.(p.221).

On peut retenir le nom des rares personnages secondaires et définir leur fonction. En vrac : le brahma Logum; Alfred Humbert (p.277); Gustave raimbaud; comte Zamoiczki; le marquis de Sepulveda; la mère d'Octave (p.278); le docteur B*.

Dans le même ordre d'idée, il est intéressant de relever les objets mentionnés dans le texte et de s'interroger sur leur intérêt pour l'intrigue.

Plusieurs relèvent de l'écrit et relaient donc le narrateur tout en permettant une grande variété de ton:

La carte d'invitation (p.285 et chapitre 2) : elle ouvre deux fois les portes de l'hôtel des Labinski : pour Octave, mais il renonce à l'utiliser, sachant son attirance pour la comtesse condamnée à l'échec; pour Olaf de Saville qui n'a plus, ironie du sort, que ce moyen pour rentrer chez lui!

La lettre-journal intime de Octave à lui-même (p.280) : retrouvée par Olaf de Saville quand il fouille la chambre inconnue où on l'a conduit évanoui à la recherche de l'identité de cet Octave de Saville pour qui tout le monde, jusqu'à sa mère, le prend, elle lui permet de comprendre le fil amoureux de l'intrigue et induit la jalousie en son coeur.

La lettre postée par Olaf pour provoquer son double en duel.(p.305)

La lettre de Humbert qui fait connaître à Olaf des amis de Octave. Il seront utiles pour servir de témoins.

Le testament de Cherbonneau : (p.320) ce document lui permet de transférer ses biens à sa nouvelle enveloppe charnelle, en l'occurence celle du malheureux Octave.

D'autres objets sont liés à l'amour, grand thème de cette oeuvre en dehors de celui du fantastique.

Le bracelet (p.323)

Le coffret de cèdre avec empreinte du petit pied (p.253)

des remarques ?

un autre choix? .