ELEMENTS D'HISTOIRE LITTERAIRE POUR ABORDER

LES ARTS POETIQUES

1) Les origines du vers français :

a) LATIN: Il existait un système de versification.L'unité de

base, le mètre, était un groupe de syllabes longues ou brèves

contenant un temps fort et un temps faible. La rime se trouvait en

latin populaire. Le poète latin Horace théorise sur la technique de

fabrication du poème et servira de référence.

b) ANCIEN FRANCAIS: Pour des raisons phoniques se substitue au

système latin le système de décompte syllabique. Certaines syllabes

sont obligatoirement accentuées ; la dernière assone avec la syllabe

correspondante d'un ou plusieurs autres vers pour constituer une

unité, la laisse. Les vers des chansons de gestes étaient chantés

sur une mélopée interrompue à la fin de chaque laisse par une

ritournelle.

NB : Un thème domine l'histoire des réflexions sur l'art poétique : la

nécessité d'exprimer la réalité de la manière la plus complète qui

soit. Cependant on pourra distinguer deux grandes tendances : la

recherche idéale de la clarté et de la précision d'un côté ; de

l'autre,la croyance que le sens se trouve au-dela des mots, la

charnière entre ces deux orientations se faisant surtout à la fin

du XIXème siècle.

2)Le XVIème siècle:

a)LES RHETORIQUEURS : Villon, Marot, ...

Ils adoptent une versification compliquée et de nouveaux

genres : rondeauvirelai, ballade,...

La difficulté vaincue est une preuve de talent.

b)LA PLEIADE : Ronsard , Du Bellay , ...

Ils s'opposent à la diversité précédente et y substitue les

grands genres antiques : ode,tragédie,comédie,épopée. Les genres

mineurs, épigrammes, élégies, satires, églogues sont cependant

aussi exploités. Ils importent d'Italie le sonnet.

La poésie est certes codifiée mais avec souplesse : série de

conseils pour atteindre l'harmonie.

3) Le XVIIème siècle :

Malherbe, puis Boileau mettent en place des règles très

exigeantes. Ils appartiennent au parti des Anciens dans la

Querelle qui oppose les partisans de l'imitation (on ne fera

jamais mieux que les Anciens ou auteurs antiques) à ceux de

l'invention (il peut être profitable de prendre des

libertés)

On revient à l'idéal des Rhétoriqueurs qui voient dans les

contraintes une source d'enrichissement.

TEXTE ART POETIQUE DE BOILEAU,

4) Le XVIIIème siècle:

Les critiques littéraires soulignent un paradoxe : quantitativement

la poésie se porte bien (abondance de pastorales, de pièces de

circonstance) mais qualitativement on ne retient qu'un nom

: Chénier.

Le conflit entre Anciens et Modernes persiste : certains prônent

une poésie fondée sur des sujets sérieux, religieux ou

philosophiques (la Henriade de Voltaire) ; d'autres critiquent le

langage compliqué, les images vieillies et préfèrent la prose, qui

peut être poétique comme celle de Rousseau ou Bernardin de

St Pierre.

L'invention devient une valeur mais les règles de

versification loin d'être remises en cause sont toujours

considérées positivement :"Sur des pensers nouveaux faisons des

vers antiques".(Chénier).

5)Le XIXème siècle :

a) Génération de 1820-1840 : LE ROMANTISME : Lamartine , Hugo,

Nerval ...

Ils ont plusieurs points en commun : le "moi" devient sujet et

objet du poème ; en réaction aux codes et convenances de la

littérature classique, ils souhaitent la liberté de l'inspiration

; l'imagination est une des grandes valeurs ; ils s'attachent à

l'expression de la totalité.

Le mot n'est plus au service de la réalité ; dans la

perspective romantique , c'est lui qui la crée ; Un des enjeux de

cette école est l'analyse du moi.

b)Génération de 1860 : ART POUR L'ART, LE PARNASSE : Gautier,

Leconte de Lisle, Hérédia ... ,

C'est une contre-offensive formaliste au romantisme."La

rime est tout le vers " (Banville).

Ils se regroupent autour de plusieurs valeurs : le

recours à l'impersonnalité ( à l'opposé du "moi" exacerbé) ; la recherche

de la beauté idéale ( à l'opposé du goût de l'artifice et de l'éphémère) ;

le culte du travail et de la science ( à l'opposé des licences et des

facilités) ; une politique d'abstention ( à l'opposé de l'engagement des

poètes romantiques).

C'est une poésie qu'on pourrait qualifier de picturale, qui

vise avant tout une représentation du monde.

TEXTE L'ART DE GAUTIER

a)Des poètes expérimentateurs du langage : LES SYMBOLISTES

: Baudelaire, Rimbaud, Lautréamont,Verlaine, Mallarmé,

Laforgue,

Ils inventent : les "correspondances" "au fond de l'inconnu pour

trouver du nouveau" (Baudelaire) ;"l'alchimie du verbe" "il faut

être absolument moderne" "le poète se fait voyant par un

long,immense et raisonné dérèglement de tous les sens" ( Rimbaud

) ; les "chants" (Lautrémont)

Leur doctrine se définit par la recherche de correspondances

entre les sons du langage et les émotions, les

sentiments.( remarque : Anatole France raillait : "le symbolisme consiste à

ne rien décrire et ne rien nommer")

Ils voudraient comprendre les rapports obscurs, ambigus du moi

et du monde ; selon eux, le talent est avant tout dans l'invention, dans une

inspiration libérée des contraintes (vers impairs,vers libres..),

TEXTE L'ART POETIQUE DE VERLAINE

TEXTE LETTRE DITE DU VOYANT DE RIMBAUD

TEXTE DIVAGATIONS DE MALLARME

d) Génération 1880 : LE NEO-CLASSICISME : Moréas, Samain...,

En réaction, des poètes veulent écrire une "nouvelle défense et

illustration de la langue française" (cf Du Bellay), dont les axes

seraient beauté atemporelle, paganisme, gratuité, grandeur.

L'intérêt pour la forme redevient un impératif.

Le dix-neuvième siècle est marqué par une succession de

révolutions et de réactions, dont on a surtout retenu celle des

Romantiques.

On peut noter aussi que le poème n'est plus tant un bel

objet ou un outil pour la méditation que le lieu extraordinaire où

la langage s'invente à la recherche de sens nouveaux. Ce

déplacement de l'enjeu poétique marque d'ailleurs nettement la

frontière entre les pratiques poétiques des XVIème, XVIIème, XVIIIème siècles

et celles qui suivirent à partir de la deuxième moitié du XIXème

siècle.

6)Le XX ème siècle:

a) Ferveur poétique avant 1914 : Valéry, Claudel, Cendrars

,Apollinaire, Saint John Perse, Ségalen....,

On observe de nombreux groupes poétiques : les successeurs des

symbolistes comme Fort, Maeterlinck, Verhaeren ; l'unanimisme de

Jules Romains ; l'accent mis sur la spiritualité chez

Péguy, Claudel ; la recherche d'une esthétique du discontinu.

TEXTE SAINT-DENYS GARNEAU

b) LE SURREALISME : Breton, Eluard,Aragon ,Desnos...,

Cocteau, Supervielle ,Michaux , Reverdy ,Char

Ils se veulent novateurs :"Tuer l'art est ce qui me paraît le

plus urgent (Breton)".

Ils font le procès du concret et de la raison . Pour

eux, l'imagination, le rêve, la folie ont toute-puissance.

Ce mouvement autour d'André Breton n'a pas duré mais il a

profondément relancé la création poétique et artistique en

général (cf les peintres surréalistes).

Les surréalistes ne suivent aucune règle formelle, ils

laissent souvent place à l'inconscient révélé par Freud mais cela

ne veut pas dire qu'ils n'ont aucun message : au contraire puisque

la plupart d'entre eux adhèrent au parti communiste en 1927,

c) Aperçu des recherches poétiques après 1940 :

Des poètes à lire et apprécier:

- Prévert,

- école de Rochefort : René-Guy Cadou,

- Bonnefoy,

- poésie centrée sur la matière :

Ponge, Follain,Guillevic, Dupin,

- poésie centrée sur les jeux de

langage : Tardieu , l'Oulipo, groupe fondé par Queneau,

- poésie mathématique : Roubaud,

bien d'autres tout aussi

intéressants

TEXTE ART POETIQUE DE GUILLEVIC EUGENE

TEXTE POUR UN ART POETIQUE DE QUENEAU RAYMOND

TEXTE ART POETIQUE DE ANDRE SPIRE

Au XXème siècle se manifeste un véritable bouillonnement

poétique. Le poème est une sorte de laboratoire où s'expérimentent

les jeux formels, les essais typographiques, la forme des poèmes

étant un centre d'intérêt important.

Même si l'on retrouve les thèmes éternels comme l'amour, la f

du temps, la mort, la nature, l'amitié, le poète reste un homme de

culture qui exploite de multiples connaissances et références si

bien que ses textes sont parfois hermétiques. Aux lecteurs à faire

des efforts !

Sources : histoires littéraires

Des remarques sur cette synthèse ?
une remarque ?

un autre choix?